4 Trucs et astuces pour voyager en France

1— N’arrivez pas en juillet et août sans vérifier la date de début des vacances scolaires.

 

Un trajet qui devrait durer 15 minutes peut durer deux heures. Il reste mystérieux pourquoi les Français, qui connaissent ces embouteillages, persistent à s’élancer chaque année le même jour dans le même trafic d’horreur, mais c’est la France. Il faut respecter les traditions. Vous pouvez garantir que les premiers samedis et dimanches suivants seront un cauchemar. La deuxième vague frappe la dernière semaine de juillet, puis ils commencent tous à rentrer chez eux en août — et vous l’avez deviné, tous les mêmes jours.

 

Les conducteurs français sont toujours très polis — si vous êtes à vélo. Tous les autres sont des proies faciles. Quand quelqu’un vous coupe les vivres ou vous fonce dans le dos, n’offrez jamais un geste grossier du doigt. Cela se traduira par un coup de poing, surtout dans le sud, où l’on prend ces insultes très personnellement.

 

2— L’envers de la règle de fermeture stricte est la règle d’ouverture stricte.

 

Il est 11 h 55 et tu veux une table pour 12 pour le déjeuner. On peut entrer, vous demandez ? « Non, on est fermé ! » À midi, « on est ouvert » et pas avant. Ma banque locale abaisse le volet de la porte à mi-chemin environ sept minutes avant midi, de sorte qu’aucun nouveau client ne peut arriver et retarder le début du déjeuner pour le personnel. Les Français travaillent 35 heures par semaine et ils le pensent — sauf si vous êtes chef de train. Ils travaillent moins de 35 heures par semaine et ils trouvent cela onéreux — ce qui m’amène au sujet délicat des grèves.

 

3— L’été est la saison des « grèves », en particulier les grèves ferroviaires.

 

Même si moins de 8 % des travailleurs français sont syndiqués, ils peuvent devenir très grincheux. De nombreux syndicats étaient dirigés par des communistes jusqu’à récemment. L’été 2016 a été particulièrement mauvais parce que le gouvernement socialiste de François Hollande tente de faciliter l’embauche et le licenciement dans le secteur privé, afin de réduire le taux de chômage de 10,5 pour cent en France. Les travailleurs du secteur public, qui ont déjà un emploi et qui seraient à peine touchés, sont scandalisés. Cela signifie que certains jours cet été, la plupart des vols ont été cloués au sol, la plupart des trains n’ont pas circulé et les raffineries de pétrole ont été bloquées. Puis le ciel s’est ouvert et la moitié du pays a été inondée. L’été est parfois le meilleur et le pire des moments.

 

4 — Regardez en bas quand vous marchez.

Presque personne ne ramasse la crotte de son chien, même si les sacs sont fournis à plusieurs endroits. Quelqu’un est payé pour le faire, souvent avec un aspirateur mobile sur roues. C’est un travail horrible, mais quelqu’un doit le faire. Cela fait partie de la liberté chère aux Français depuis la Révolution.

Ne prenez pas un passage pour piétons comme une simple suggestion. Vous mourrez. Vous pouvez faire honte aux conducteurs pour qu’ils s’arrêtent, mais vous devez les regarder dans les yeux et risquer votre vie pour le faire. C’est une autre partie de la liberté.