Découvrez la région mystérieuse et rebelle de France: Languedoc-Roussillon

La région Languedoc-Roussillon a une histoire longue, sanglante et compliquée qui a marqué le paysage. Les forteresses médiévales et les aqueducs romains s’élèvent majestueusement des sommets escarpés, offrant aux visiteurs intrépides d’innombrables occasions de découvrir des joyaux cachés. Et pour ceux qui préfèrent découvrir de nouveaux vins et une cuisine locale variée, le littoral méditerranéen et les vignobles infinis de la région Languedoc-Roussillon ne vous décevront pas. Cette région a aussi la réputation d’avoir des habitants amicaux qui parlent encore, ou du moins comprennent, l’occitan et le catalan.

L’histoire de deux peuples

Avant l’aube du XXe siècle, les Languedociens parlaient l’occitan plutôt que le français. Le Languedoc signifie littéralement “langue du oui”. Oc “était la façon dont les gens du coin disaient”  oui  “, par opposition au”  oui  “maintenant plus familier des gens du Nord. Les habitants de la région du Roussillon ont renoncé au français standard pour leur propre langue catalane. Ils firent autrefois partie de l’Espagne jusqu’en 1659, date à laquelle Louis XIII les réclama pour la couronne de France. Malgré les efforts des rois bourbons, la région est restée résolument catalane dans sa culture et sa langue jusqu’ à ce que l’industrialisation du XIXe siècle ne fasse entrer dans la région les influences françaises dominantes.

Suivre la route romaine

Grâce à leur position géographique sur la côte sud-ouest de la France, les Languedoc-Roussillon ont toujours résisté aux attaques de leurs terres, de leur culture et de leurs habitants. La côte méditerranéenne du Languedoc a été envahie et peuplée à son tour par les Grecs, les Phéniciens et les Romains. Vous pouvez encore voir des traces de ces occupations, en particulier la colonie romaine, sous la forme d’anciennes routes et aqueducs.

Le Pont du Gard est la cinquième attraction touristique française la plus populaire et malgré (ou plutôt parce que) son antiquité, il a encore la capacité de vous couper le souffle. L’aqueduc à trois niveaux de 50 km de long alimentait jadis la ville voisine de Nîmes en eau. Il est ouvert tous les jours de 9h30 à 19h.Fermé le lundi matin, l’entrée coûte 3 €.

pont du gard france

Une partie de la Via Domita construite en 118 avant JC pour relier l’Espagne à l’Italie est encore visible dans la ville de Narbonne. Construit comme un poste de traite sur la Via Domita, Narbonne, alors appelée Narbo, était l’une des villes les plus importantes du sud de la Gaule. Après le départ des Romains au VIe siècle, elle devint la capitale des Wisigoths. Une litanie de désastres comme la peste, l’éclatement des digues et l’envasement du port réduisirent les circonstances de cette ville autrefois importante jusqu’ à l’avènement des chemins de fer au XVIIIe siècle et revinrent l’industrie vinicole. Aujourd’hui, malgré l’absence d’une partie de la grandeur d’Avignon et de Carcassone, Narbonne est un point de départ pratique pour rejoindre Toulouse, Barcelone et les vignobles des Corbières.

Une région de rebelles religieux

Au XIIe siècle, le Languedoc était le centre du mouvement religieux cathare. Plus d’un million de personnes ont été tuées et des villes entières détruites au cours du 13ème siècle pour la cause de la liberté religieuse. Les Cathares, ou Bonhommes, étaient un groupe de chrétiens évangéliques séparatistes dont les croyances effrayaient tellement l’Église catholique qu’ils étaient déterminés à les éliminer complètement. Le Pape Innocent III déclara une croisade contre eux et le mouvement, dirigé par Simon de Montfort, coûta de nombreuses vies malgré la forte résistance des châteaux cathares fortifiés.

La croisade s’achève officiellement en 1229 avec le Traité de Meaux-Paris. Le traité marque également la fin de l’indépendance de l’Occitanie. Malgré la fin officielle de la croisade, le peuple du Languedoc a continué dans ses pratiques religieuses qui ont conduit à une Inquisition de l’Eglise catholique. Les inquisiteurs utilisèrent la combinaison brutale d’informateurs et de tortures pour anéantir le catharisme et la chute du château de Montségur en 1244 marqua la véritable fin du mouvement.

Le sentier Cathare

Aujourd’hui, les visiteurs de la région peuvent suivre le Sentier Cathare qui traverse l’Ariège et l’Aude. La promenade commence à Port-La-Nouvelle sur la côte méditerranéenne et se termine dans les collines de Foix. La signalisation est conçue pour vous permettre de choisir le chemin que vous voulez emprunter. Donc, si vous allez régulièrement en descente et de terminer avec vos orteils dans les costumes Med, vous feriez mieux de vous y mettre. L’ensemble du parcours dure entre 12 et 14 jours, ce qui laisse du temps pour les activités culturelles et quelques longs déjeuners. Vous pouvez également faire du vélo ou de la bicyclette sur certaines parties de l’itinéraire, ou même conduire entre les sites historiques et les villes en économisant votre énergie pour grimper jusqu’aux châteaux.